Au plan national :

L’intersyndicale s’est réunie lundi 24 avril, pour faire le point après avoir connaissance des résultats du premier tour de la présidentielle.

Etaient présentes, l’UNSA, la CFDT, la CGT, FO, la FSU, Solidaires et les organisations de jeunesse : l’UNEF, la FAGE, l'UNL, le SGL et la FIDL. La CFTC et la CFE CGC ne sont pas venues.

Après un tour de table où a été évoquée la grande inquiétude de voir le Front national au second tour de la présidentielle, la question du 1er mai qui se trouve être entre les deux tours fut à nouveau posée. La FSU a proposé un texte d’appel à manifester qui n’a pu rencontrer ni l’adhésion de l’UNSA, ni des autres composantes de l’intersyndicale.

Nous avons redit que, pour ce 1er mai, alors que la candidate Front national vient de se qualifier, il était indispensable d’envoyer un message clair et non ambigu d’appel à faire barrage au Front national et ceci sans pour autant partager le programme du candidat Macron, que cet appel ne pourrait pas porter sur des revendications clivantes contre notamment la loi travail, la loi Macron ou encore la loi Rebsamen, mais sur une plate-forme unifiante.

La CFDT avait aussi préparé un appel sur la base du texte « Vivre ensemble, travailler ensemble » rédigé à la suite des attentats de janvier 2015 et signé par toutes les organisations syndicales sauf FO. Dans ce contexte d’appréciations divergentes d’importance, il fut à peine étudié.

Au vu des désaccords de fond, l'intersyndicale s’est quittée sans appel à manifester et sans texte.

Alors que la situation est plus grave qu’en 2002 et qu’alors les organisations syndicales sauf FO avaient réussi à s’accorder, l’UNSA constate l’impossibilité en 2017 à trouver un compromis avec les organisations syndicales qui ne souhaitent pas prendre clairement position pour faire barrage au Front national. Elle décide donc de se retirer de l’intersyndicale et de ne pas appeler à manifester dans la rue au niveau national.

Pour autant, elle signera l’appel à voter contre Marine Le Pen au 2ème tour de l’élection présidentielle proposé par la CFDT à la signature des organisations syndicales, de jeunesse et de la société civile.

Localement, nous vous laissons l’entière initiative d’organiser ce 1er mai, communiqués de presse, conférences de presse, éventuelles initiatives communes avec des organisations démocratiques..., la clarté de l’appel étant l’élément déterminant.