Le clash a été évité. Comme en 2018, les commerces de la métropole nantaise pourront finalement ouvrir trois dimanches dans l’année. C’est le sens de l’accord conclu mercredi entre les syndicats de salariés et ceux du patronat. Les trois ouvertures dominicales autorisées seront positionnées juste avant Noël : les deux premiers (8 et 15 décembre) s’appliqueront à toute la métropole, le troisième (22 décembre) sera réservé aux boutiques des centres-villes uniquement.

L’accord syndical, préalable imposé par les maires des communes, a bien failli capoter en raison de la décision de l’hypermarché Auchan Saint-Herblain d'ouvrir chaque dimanche matin, comme la loi l’y autorise (puisque la grande surface est à dominante alimentaire). « On ne va pas punir toute la classe »

« On le redit, ce que fait Auchan n’est pas acceptable. Mais ce n’est pas parce qu’on a un mauvais élève qu’il faut punir toute la classe. Cet accord nantais est quand même une victoire », Franck Truong, secrétaire général de la CFDT 44.

« Partout en France où il n’y a pas d’accord territorial, la situation est beaucoup plus chaotique, relève Pascal Priou, secrétaire d’Unsa 44. C’est plus défavorable pour les salariés, incompréhensible pour les consommateurs. Auchan ne se comporte pas bien, je voudrais qu’il soit marginalisé. Mais on se reverra en février. S’il y a d’autres dérapages, on ne restera pas les bras croisés. »

Jean-Luc Cadio, président de la confédération des PME, veut éviter une nouvelle crise et demande à tous les commerçants de se montrer fair-play. « Un vilain petit canard a fait l’imbécile. J’espère qu’il n’y en aura pas d’autres. » Ouvertures les 16 et 22 décembre prochains

Pour la première fois, en 2018, trois ouvertures dominicales avaient été autorisées. Le premier était le 14 janvier, premier week-end des soldes d’hiver. Les deux suivants seront juste avant Noël : le 16 décembre de 12 à 19 heures pour toute la métropole, le 22 décembre de 12 à 19 heures pour les centres-villes.

L’agglomération nantaise fait partie des métropoles les plus restrictives en matière d’ouvertures dominicales des commerces. Avant l’élection de Johanna Rolland, en 2014, aucun dimanche n’était autorisé