Ils ont décidé hier de revenir à la table des négociations et de signer un nouvel accord, parce que "ce n'est pas parce qu'il y a un mauvais élève qu'on doit sanctionner toute la classe" a expliqué Pasacal Priou (UNSA). Comme les organisations syndicales et patronales, Patrick Cheppe (Medef) regrette la position d'Auchan, "mais il est dans la loi. Notre but à nous est d'aider le commerce de centre-ville et participer au développement économique. C'est pourquoi je souhaite que notre accord soit renouvelé au-delà de 2020".

Mercredi, syndicats et patronat ont signé un nouvel accord qui prévoit l'ouverture des commerces de centres-villes et de périphérie le 16 décembre et uniquement des centres-villes le 23 décembre. Cet accord pourrait être renouvelé en 2019 au 1er et 15 décembre pour les centres-villes et la périphérie et au 22 décembre pour les centres-villes.

Mais les syndicats, prudents, ne veulent pas d'un nouveau dérapage. "S'il y a deux mauvais élèves l'an prochain, notre attitude ne sera pas la même" a poursuivi Pascal Priou. Syndicats et patronat devront donc se revoir en février pour faire le bilan de 2018 et envisager sereinement l'avenir.

Plus d'infos dans Presse Océan de ce jeudi 11 octobre 2018